top of page
Rechercher

LES FASCIAS : QUESAKO ?

Les fascias sont les tissus mous qui composent le tissu conjonctif omniprésent dans notre corps. Ils sont situés directement sous la peau et se dirigent vers la profondeur. Ils forment une matrice continue en trois dimensions offrant un support structurel à tout l’organisme.


Chez un adulte ces membranes blanchâtres pèsent une vingtaine de kilos. Elles enveloppent nos muscles, nos tendons et nos organes, elles soutiennent nos os. Ignorés et sous-estimés pendant des siècles, les fascias suscitent aujourd’hui de plus en plus d’intérêt car ils joueraient un rôle central dans notre santé.


Pour se représenter les fascias rien de mieux que d’observer la chair d’un pamplemousse. Lorsque vous l’épluchez une peau blanche épaisse le recouvre entièrement, c’est du fascia. Lorsque vous l’ouvrez, vous pouvez constater que chaque quartier est séparé des autres par une peau fine, cette peau c’est du fascia. Si vous retirez cette peau, vous verrez que chacune des pulpes sont bien délimitées par une fine membrane qui est, elle aussi, du fascia.

 

Et bien, dans notre corps, c’est exactement la même chose! Imaginez un matériau blanc argenté, souple et robuste uniformément qui entoure et interpénètre chaque muscle, chaque organe, chaque os, chaque fibre nerveuse, le cerveau… et les relie entre eux, comme une toile d’araignée, de la superficie à la profondeur. On dit de cette matrice fasciale qu’elle est un réseau interconnecté car tout comme la toile d’araignée, lorsque vous touchez une partie de la structure, c’est toute la structure qui bouge.


On peut décrire quatre principaux types de fascias, tous liés entre eux :


  • Le fascia superficiel: situé sous la peau, il recouvre l’ensemble du corps.

  • Le fascia musculo-squelettique: situé sous le fascia superficiel, il absorbe, répartit et transmet les forces musculaires et contraintes mécaniques. Il joue un rôle majeur dans la stabilité articulaire, la contraction musculaire et la coordination générale du mouvement.

  • Le fascia viscéral ou axial profond: Il recouvre les viscères et regroupe l’ensemble des structures situées en avant de la colonne vertébrale. Il s’étend de la base du crâne jusqu’à la partie inférieure du petit bassin.

  • Le fascia du système nerveux ou dure-mérien: présent dans l’ensemble du système nerveux central.

 

Le fascia présente une qualité connue sous le nom de viscoélasticité. Les matériaux viscoélastiques lorsqu’ils sont soumis à des pressions, ont des propriétés à la fois visqueuses et élastiques.

L’élasticité, se définit par l’aptitude des matériaux solides à retrouver leur forme initiale après l’application d’une force extérieure. Cela équivaut à tirer puis relâcher un élastique.

La viscosité est la mesure de la résistance d’un liquide à l’écoulement. Les matériaux à viscosité élevée, comme le miel, se déplacent très lentement par rapport à ceux à faible viscosité comme l’eau. Les matériaux à haute viscosité reprennent rarement leur forme d’origine; c’est ce qu’on appelle une déformation plastique.


Il a été démontré que chauffer un fascia diminue sa viscosité, le rendant plus souple et mobile. Il est donc important de s’échauffer avant un effort physique et d’appliquer de la chaleur sur une zone contractée du corps.


Le fascia à donc la capacité à se déformer lentement sous l’effet d’une charge. Si elle est supportable, le fascia s’y adaptera de manière appropriée. Une fois cette charge retirée il reprendra graduellement sa forme d’origine.


Cependant, les propriétés et le comportement du fascia peuvent être affectés par plusieurs facteurs: les traumatismes physiques et chocs émotionnels, les mauvaises postures, les efforts répétés ou bien encore le stress et générer ainsi des troubles fonctionnels aigus ou chroniques comme les cervicalgies, céphalées, tendinites, capsulites, lombalgies…


Il existe différentes thérapies du fascia qui permettent à celui-ci de retrouver sa bonne santé viscoélastique. Plusieurs techniques et méthodes autant manuelles que gestuelles ciblent spécifiquement leur action sur ce tissu myofascial. Parmi celles-ci nous avons le relâchement myofascial, le Fascial fitness, le Rolfing, la Fasciathérapie, la Somato-psychopédagogie, l’Ostéopathie, la Gymnastique sensorielle ou encore la méthode Cyriax.


Le point commun de ces thérapies des « tissus mous » est de ne pas agir directement sur les segments articulaires, mais sur les fascias pour en rétablir les différentes fonctions: élasticité, glissement, plasticité, contractilité et pour solliciter les processus d’autorégulation somatique et psychiques.

 

Toutes ces approches présentent un intérêt dans le traitement et la réhabilitation des dysfonctions du mouvement et dans le soin des pathologies musculo-squelettiques aigües ou chroniques. La connaissance du tissu conjonctif et de ses différentes fonctions ouvre ainsi des perspectives innovantes dans le traitement fonctionnel des douleurs, dans la rééducation proprioceptive ou le traitement du stress tissulaire et de l’inflammation.


Retrouvez prochainement à la Maison du Mieux-Etre des séances de pilates et fascias qui seront animées par Cathy Eveillard, somato-psychopédagogie



9 vues0 commentaire
bottom of page